lundi 1 janvier 2018

Israël pris en flagrant délit de soulèvement en Iran



Le régime israélien a été pris en train d'orchestrer le faux soulèvement qui se déroule actuellement à travers l'Iran afin de renverser le gouvernement iranien.

De violentes manifestations se déroulent dans de nombreuses villes, les manifestants exigeant que l'ayatollah et le président iranien démissionnent.
Thelastamericanvagabond.com rapporte: Les néo-conservateurs dans les médias américains et le président américain exigent tous que les Américains se tiennent aux côtés du "peuple iranien" et des "manifestants" dans leur "combat pour la liberté".
La raison pour laquelle ce point de vue est familier est que nous l'avons déjà vu en Tunisie, en Égypte, en Libye et en Syrie dans le passé ainsi qu'en Iran même à la fin des années 2000. Les protestations qui deviennent violentes, une répression violente ou signalée comme telle, et le poids de la propagande américaine contre le gouvernement cible sont toutes des répétitions du "Printemps Arabe" qui ne sont elles-mêmes rien d'autre que la version arabe des révolutions  / déstabilisations de couleur utilisées par l’Empira anglo-sioniste dans les pays du monde entier depuis des décennies, en particulier au cours des vingt dernières années.
QUE VEULENT LES PROTESTATAIRES ?
Les demandes alléguées des manifestants semblent assez raisonnables et légitimes. Jusqu'à présent, les médias occidentaux ont rapporté, en applaudissant, que l'argument principal des manifestants était centré sur les préoccupations économiques, à savoir la baisse du niveau de vie, le chômage et la hausse des prix des denrées alimentaires. Cependant, alors que le troisième jour des manifestations a eu lieu, les médias occidentaux ont commencé à signaler que les manifestants exigeaient la fin de la dictature religieuse et des politiques de l'ayatollah Khamenei et du président Rouhani. Selon certains rapports, des manifestantes sont allées jusqu'à crier «mort à Khamenei» et ont jeté leurs hijabs pour construire des drapeaux de fortune. D'autres disent que les manifestants se concentrent sur la corruption du gouvernement.
Cependant, il y a beaucoup de questions à propos de ces « protestations ». La première question est: «S'agit-il de protestations iraniennes organiques?» Cette question n'a pas encore reçu de réponse complète. L'Iran est très certainement une dictature religieuse et beaucoup d'Iraniens veulent être libérés de la domination religieuse. Cependant, il ne faut pas oublier que les États-Unis et Israël ont ouvertement exprimé le désir de voir l'influence iranienne brisée et, déjà, en 2009, les États-Unis ont tenté d'organiser une révolution de couleur dans le pays. Les trois premiers jours du mouvement vert en Iran ressemblaient beaucoup aux trois premiers jours de ce mouvement actuel. Ils ressemblent beaucoup aussi à ce que nous avions vu à Tunis ou au Caire en 2011.
De toute évidence, les préoccupations économiques sont un problème majeur en Iran, un pays dont l'économie souffre depuis des années des sanctions occidentales et dont la propre incapacité à capitaliser sur une banque nationale appartenant à l'État. Le chômage officiel en Iran est d'environ 12% et il est probable que le taux réel soit beaucoup plus élevé. Malgré la levée de certaines sanctions, il n'y a guère de croissance économique dans le pays, autre résultat des politiques économiques et commerciales néolibérales. Cependant, il est également intéressant de noter que Khamenei a également critiqué la mauvaise économie et le traitement des questions économiques par le gouvernement, alors que, justement, Khamenei est insulté par les manifestations.
Ces demandes des manifestants ne sont pas déraisonnables, cependant, elles arrivent à un moment très étrange. L'Iran a récemment libéralisé ses lois concernant les couvre-chefs obligatoires pour les femmes, alors pourquoi protester maintenant contre les lois religieuses?
En outre, une attention particulière doit être accordée au concept de «corruption gouvernementale», une caractéristique des révolutions colorées, dont le sinistre « Printemps Arabe » puisque la corruption gouvernementale est souvent plus une question conceptuelle que concrète. D’ailleurs, ceux qui ont remplacé les gouvernements soi-disant corrompus (les islamistes chez les Arabes, et les néo-nazis en Ukraine) sont infiniment plus corrompus. Il n’ya qu’à voir dans quelle situation désespérée sont ces pays « libérés de la dictature », dont la Tunisie et l’Ukraine.
Il y a aussi des demandes plus inquiétantes dans les slogans scandés par les manifestants. Premièrement, les manifestants demandent que l'ayatollah et le président démissionnent. En d'autres termes, ils appellent à un changement de régime (Tiens, cela nous rappelle un autre pays, la Syrie). C'est précisément ce que les États-Unis, le CCG, l'OTAN et Israël veulent.
Deuxièmement, de nombreux manifestants scandent «Laissez tomber la Palestine» et «Pas pour Gaza, pas pour le Liban, je ne donnerais ma vie que pour l'Iran». Encore une fois, les manifestants scandent maintenant des demandes de politique étrangère identiques à celles souhaitées par le gouvernement. Les États-Unis, l'OTAN, le CCG et Israël. Tout cela dans une protestation censée porter sur des préoccupations économiques.

Moon of Alabama, dans son article intitulé “Iran – Regime Change Agents Hijack Economic Protests,” "Iran – Les Agents du changement de régime kidnappent les Protestations économiques", révèle un certain nombre de rapports importants concernant le début des manifestations, et les lieux où elles se tiennent actuellement. Moon of Alabama écrit:

Hier et aujourd'hui, de petites manifestations ont eu lieu en Iran. Elles constituent probablement la première étape d'une vaste opération de "changement de régime" menée par les États-Unis et Israël avec l'aide d'un groupe terroriste iranien.
Plus tôt ce mois-ci, la Maison-Blanche et les Sionistes se préparaient à une nouvelle attaque contre l'Iran :
    Une délégation conduite par le Conseiller israélien pour la sécurité nationale a rencontré de hauts responsables étatsuniens à la Maison-Blanche au début du mois pour une discussion commune sur la stratégie visant à contrer l'agression de l'Iran au Moyen-Orient, a confirmé un haut responsable étatsunien à Haaretz.
Un autre rapport sur la réunion cite des responsables israéliens :
    "Les États-Unis et Israël convergent sur les différents développements dans la région et en particulier ceux qui sont liés à l'Iran. Nous sommes parvenus à des accords sur la stratégie et la politique nécessaires pour contrer l'Iran. Notre compréhension porte sur la stratégie globale, mais aussi sur les objectifs concrets, la manière d'agir et les moyens à mettre en œuvre pour atteindre ces objectifs."

Ceci est probablement le résultat de cette réunion :
    "Jeudi, des centaines de personnes sont descendues dans les rues de la deuxième plus grande ville iranienne, Mashad, pour protester contre les prix élevés et crier des slogans contre le gouvernement."
    Des vidéos diffusées sur les médias sociaux ont montré des manifestants à Mashad, dans le nord-ouest de l'Iran, un des endroits les plus sacrés de l'islam chiite, chantant "mort au président Hassan Rouhani" et "mort au dictateur".
    L'agence de presse semi-officielle ILNA et les médias sociaux ont rapporté des manifestations dans d'autres villes de la province de Razavi Khorasan, dont Neyshabour et le Cachemire.
Une vidéo de cette manifestation à Mashad montrait une cinquantaine de personnes chantant des slogans avec d'autres passants qui se promenaient.
Les manifestations contre les politiques économiques (néo-)libérales du gouvernement Rohani en Iran sont justifiées. Le taux de chômage officiel en Iran est supérieur à 12% et il n'y a pratiquement pas de croissance économique. Les gens dans la rue ne sont pas les seuls à être insatisfaits :
    Le leader suprême iranien, l'Ayatollah Ali Khamenei, qui a critiqué à maintes reprises le bilan économique du gouvernement iranien, a déclaré mercredi que la nation se débattait avec "des prix élevés, l'inflation et la récession", et a demandé aux responsables de résoudre les problèmes avec détermination.

Jeudi et aujourd'hui, les slogans de certains manifestants ont transformé l'appel à l'aide économique en un appel au changement de régime.
Je pense que les suspects habituels sont derrière ces protestations. Notez que ceux-ci ont commencé dans plusieurs villes en même temps. Il ne s'agissait pas d'un tumulte local spontané dans une ville, mais il y avait une certaine forme de coordination.
Puis il y a ceci :
    Carl Bildt @carlbildt - 21:38 PM - 28 Dec 2017 de Rome, Latium
    Des rapports sur les signaux des réseaux internationaux de télévision par satellite révèlent qu'ils ont été brouillés dans les grandes villes d'Iran. Ce serait le signe d'une peur du régime face à la propagation des manifestations d'aujourd'hui.
Une recherche dans différentes langues ne trouve précisément aucun de ces "rapports". Carl Bildt est un ancien Premier ministre suédois. Il a été recruté en 1973 comme informateur de la CIA et, depuis, il est devenu un agent étatsunien à part entière. Il a été impliqué dans le coup d'État en Ukraine et a tenté d'en tirer un profit personnel.
La seule réponse au tweet de Bildt a été celle d'un Riyad de Suède - @SwedRiyad qui a posté plusieurs vidéos de manifestations avec l'une d'entre elles montrant des voitures de police en feu.
Je ne suis pas sûr que la vidéo soit authentique. Le compte a quelques attributs inhabituels (actif depuis septembre 2016, 655 tweets mais avec seulement 32 followers?).
Pas plus tard qu'hier, une conférence au congrès CCC "hacker" portait sur les services secrets du GHCQ britannique et ses comptes sock-puppet sur Twitter et Facebook. Ils servent à acquérir des renseignements humains et à mener des opérations de "changement de régime". Les pages 14 à 18 des diapositives (11:20 min) citent des documents obtenus du GCHQ qui mentionnent l'Iran comme l'une des cibles. L'orateur note en particulier un compte rendu du GCHQ "@2009Iranfree" qui a été utilisé pour susciter des manifestations en Iran après la réélection du Président Ahmedinejad.
Aujourd'hui, vendredi et le jour de congé hebdomadaire en Iran, plusieurs autres manifestations ont eu lieu dans d'autres villes. Reuters rapporte aujourd'hui :
    Environ 300 manifestants se sont rassemblés à Kermanshah après ce que Fars News Agency a appelé un "appel de la contre-révolution" et ils ont crié "Les prisonniers politiques devraient être libérés" et "Liberté ou la mort", tout en détruisant certains biens publics. Fars n'a pas cité de groupe d'opposition.
    ...
    Les images, qui n'ont pas pu être vérifiées, montrent des manifestations dans d'autres villes, y compris Sari et Rasht dans le Nord, Qom au sud de Téhéran et Hamadan à l'ouest.
    Mohsen Nasj Hamadani, chef adjoint de la sécurité dans la province de Téhéran, a déclaré qu'une cinquantaine de personnes s'étaient rassemblées sur une place de Téhéran et qu'elles étaient pour la plupart parties après avoir été interrogées par la police mais quelques uns qui ont refusé ont été "temporairement détenus", a rapporté l'agence de presse ILNA.
Certaines de ces manifestations ont de véritables raisons économiques, mais se font détourner par d'autres intérêts :
    Dans la ville centrale d'Isfahan, un habitant a déclaré que les manifestants avaient participé à une manifestation organisée par des ouvriers d'une usine réclamant des salaires impayés.
    "Les slogans sont rapidement passés de l'économie à ceux contre le Président Hassan Rouhani et le Guide suprême (Ayatollah Ali Khamenei), a déclaré le résident par téléphone.
    ...
    Les protestations purement politiques sont rares en Iran (...) mais les manifestations sont souvent organisées par des travailleurs en raison de licenciements ou de non-paiement de salaires et par des personnes qui détiennent des dépôts dans des institutions financières non réglementées et en faillite.
    ...
    Alamolhoda, le représentant de l'Ayatollah Khamenei au nord-est de Mashhad, a déclaré que quelques personnes avaient profité des manifestations de jeudi contre la hausse des prix pour chanter des slogans contre le rôle de l'Iran dans les conflits régionaux.
    ...
    "Certaines personnes étaient venues pour exprimer leurs revendications, mais soudainement, dans une foule de centaines personnes, un petit groupe qui ne dépassait pas 50 personnes a crié des slogans déviants et horribles tels que "Laissez tomber la Palestine","Pas Gaza, pas le Liban, je ne donnerais ma vie que pour l'Iran", a déclaré Alamolhoda.

Deux vidéos postées par la BBC Perse et d'autres que j'ai vu montrent seulement de petits groupes de manifestants actifs avec une dizaine de personnes, alors que beaucoup d'autres sont juste à côté ou en train de filmer les gens qui scandent des slogans.
Les vidéos publiées par le groupe terroriste Mujahedin-e Khalq[MEK], 1, 2, 3, 4, 5, montrent également de petites manifestations en dépit des allégations du MEK selon lesquelles des dizaines de milliers de personnes chantent "mort au dictateur". Le MEK, ou son organisation "civile" le Conseil national de la Résistance iranienne, semble être le plus impliqué dans les manifestations actuelles. Son site Web est actuellement rempli de dix rapports au sujet de la manifestation, et son responsable a publié une déclaration de soutien :
    Mme Maryam Radjavi, Présidente élue de la Résistance iranienne, a salué le peuple héroïque de Kermanshah et d'autres villes qui se sont levés aujourd'hui en scandant "mort ou liberté","mort à Rouhani","mort au dictateur" et "les prisonniers politiques doivent être libérés", et a protesté contre les prix élevés, la pauvreté et la corruption.
    Elle a déclaré : "Hier, Machhad, aujourd'hui Kermanshah, et demain dans toute l'Iran; ce soulèvement a sonné le glas du renversement de la dictature totalement corrompue des mollahs, et marque la montée de la démocratie, de la justice et de la souveraineté populaire.

Cet engagement très précoce du MEK - son premier rapport ayant été publié hier à 10h26 - est extrêmement suspect.
En 2012, il a été rapporté qu'Israël avait utilisé l'organisation terroriste du MEK pour assassiner des scientifiques nucléaires en Iran :
    Jeudi, des responsables étatsuniens s'adressant à NBC news ont affirmé jeudi que les agents du Mossad formaient des membres du groupe terroriste dissident People's Mujahedin of Iran afin d'assassiner des scientifiques iraniens du nucléaire, ajoutant que l'administration du président étatsunien Barack Obama était au courant de l'opération, mais n'avait aucun lien direct avec eux.
    Les responsables étatsuniens auraient confirmé le lien entre Israël et les Moudjahidines du peuple iranien (MEK) en déclarant : "Toutes vos inclinations sont correctes."
En octobre, un document de l'Institut CATO a analysé (et rejeté) plusieurs options pour le traitement de l'Iran par les États-Unis. Sous l'option "3" : "Changement de régime de l'intérieur", on note :
    Dans cette approche, les États-Unis exerceraient des pressions sur le régime iranien et appuieraient simultanément les groupes qui s'y opposent - que ce soit le Conseil national extrémiste de la Résistance iranienne (NCRI) en exil, les factions pro-démocratie de la Révolution verte ou les minorités ethniques au sein de l'Iran -, une stratégie souvent comparée au soutien de Reagan aux groupes de la société civile en Union soviétique.
    ...
    [Un] partisan de la "démocratisation forcée", Mark Dubowitz, de la Fondation pour la défense des démocraties, a exhorté le président Trump à "poursuivre l'offensive contre le régime iranien" en "affaiblissant les finances du régime iranien" au moyen de "sanctions économiques massives", tout en "sabotant les dirigeants iraniens en renforçant les forces pro-démocratiques" à l'intérieur de l'Iran. Cette option semble gagner du terrain dans l'examen de la politique iranienne en cours de l'administration Trump et a reçu un soutien public de Tillerson. Mike Pompeo, directeur de la CIA, a également favorisé une telle approche pendant son séjour au Congrès.
Le MEK/NCRI a noté que le sénateur Tom Cotton, qui remplacera probablement le chef de la CIA Pompeo lorsque Pompeo ira au département d'État, a publié une déclaration de soutien favorable aux manifestations.
La Maison-Blanche et le régime Netanyahu se sont mis d'accord sur une stratégie vis-à-vis de l'Iran. Les principaux membres de l'administration Trump sont en faveur d'un "changement de régime" par des "forces pro-démocratie" en Iran. Quelques semaines après la conclusion d'un accord, des manifestations économiques coordonnées débutent en Iran, qui sont rapidement détournées par de petits groupes de changeurs de régime très actifs. Un groupe de terroristes iraniens en exil, bien connu pour sa collaboration meurtrière avec des espions israéliens ainsi que pour ses cellules d'opérations en Iran, se sont très tôt particulièrement engagés dans la manifestation.
Si c'est l'opération "changement de régime" que je suppose, les manifestations vont bientôt s'amplifier. Quand les gens ont besoin d'argent, quelques milliers de dollars suffisent pour créer une foule nombreuse. De petits groupes se révolteront alors qu'ils se cacheront parmi les manifestations plus larges de personnes peut-être réellement concernées. Les médias "occidentaux" vont s'engager dans leur habituel humanisme pseudo-libéral et vont s'occuper du trolling. Lorsque la police iranienne tentera d'arrêter ces émeutiers qui feront des ravages, les médias crieront à la "brutalité". Un certain "martyr" sera créé et iconifié. Des rumeurs de censure et de répression seront soulevées (voir Carl Bildt ci-dessus), de fausses informations viendront de partout et des centaines de marionnettes surTwitter et sur les comptes Facebook seront soudainement "iraniens" et rapporteront sans répit "la scène" de leur chambre à coucher.
Pour les politiciens et les policiers iraniens, la question est délicate. Les manifestations économiques sont clairement justifiées, même Khameni soutient cette question. Mais les émeutes dans les rues doivent être réprimées avant qu'elles ne s'intensifient et ne deviennent incontrôlables. Des tirs sur les lieux des manifestations partant dans toutes les directions pourraient bientôt devenir un problème. Le Mossad et le MEK n'ont pas peur de tuer des gens au hasard.
Mais la République islamique d'Iran bénéficie d'un véritable soutien dans une grande partie de la société. Il y a de grandes organisations civiles qui appuient le gouvernement, non pas sur toutes les questions, mais dans son cadre général. La plupart des Iraniens sont de fiers nationalistes et seront difficiles à diviser. Si c'est bien la tentative de "changement de régime" que je soupçonne, je prévois qu'elle échouera.
Hannibal GENSEREIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire