jeudi 21 décembre 2017

USA. La "fausse panne" gigantesque d'Atlanta Airport a été provoquée pour dissimuler la livraison d'armes nucléiares à Israêl



L’aéroport international Hartsfield-Jackson d'Atlanta (ATL) a été complètement fermé pendant 11 heures ce dimanche 17 décembre laissant des dizaines de milliers de passagers à l'aéroport le plus fréquenté au monde. Pourtant, au cours de cette fermeture, la piste 9R-27L de 2743 mètres de catégorie III a été ouverte à l’atterrissage d'un Boeing 747-412F appartenant à Cal Cargo Airlines, filiale du MOSSAD israélien.  Ensuite, un convoi de 3 gros véhicules fortement gardés ont monté à bord de cet avion,  qui a été autorisé à décoller. C’était le SEUL avion à atterrir et à décoller  pendant cet arrêt total de l’aéroport. Il transportait une livraison d'ogives nucléaires, cadeau de fin d'année de Trump à Netanyahou, après celui de Jérusalem. Jusqu'où ira-t-il ?
Or le Boeing 747-412F appartenant à Cal Cargo Airlines a déposé un itinéraire de vol international de Tel-Aviv à Mexico, puis de Mexico à Atlanta. Cal Cargo Airlines est une compagnie de transport aérien israélienne spécialisée dans le transport de marchandises non standard telles que les marchandises dangereuses. Le leadership de l'entreprise a également des liens clairs avec le gouvernement israélien. Cela inclut son vice-président, M. Muli Ravini, qui était auparavant assistant du directeur général du ministère des Finances en Israël.
Encore plus suspect,  Cal Airlines possède une autre entreprise connue sous le nom de LACHS (Liège Air Cargo Handling Services), qui est basée à Liège en Belgique. D’anciens responsables du gouvernement israélien siègent au conseil d'administration de LACHS. (Source: “Board of Directors“, Liege Air Cargo Handling Services, December 20, 2017.). Plus important encore, LACHS se targue de pouvoir charger et décharger des avions sans la présence d'un agent américain des douanes. En d'autres termes, personne en dehors des employés de l'entreprise n'était au courant de ce qu'il y avait à l'intérieur de l'avion au moment où il atterrissait ou décollait de l'aéroport.
Or, dix jours auparavant, c'est-à-dire le 7 décembre, un vol exactement similaire, le Flight 4X-ICB de Cal Cargo Airlines a quitté Tel-Aviv, a atterri à Mexico, puis s’est envolé vers Atlanta. Lors de son atterrissage, un «feu d'essai» a éclaté à l'aéroport international Hartsfield-Jackson d'Atlanta, et les autorités ont déclaré que c'était «seulement un exercice» car la fumée avait noirci la ligne d'horizon des villes avoisinantes.
La fumée s'élève de l'aéroport international Hartsfield-Jackson Atlanta lors d'un exercice, le jeudi 7 décembre 2017. Les autorités affirment qu'un exercice d'entraînement de routine près de l'aéroport le plus achalandé du monde, à Atlanta, a produit un panache de fumée noire et lourd s'élevant au-dessus de la ville et visible sur des kilomètres. L'aéroport est le plus achalandé au monde dessert plus de 104 millions de passagers par an.
Donc, le 17 décembre, le vol 4X-ICB de Cal Cargo Airlines atterrit à nouveau à l'aéroport international Hartsfield-Jackson d'Atlanta vers 13h00, heure locale. Immédiatement après, un «vrai feu» a éclaté, noircissant les toits des villes voisines, comme 10 jours plus tôt - mais cette fois-ci, toute l’électricité de l'aéroport était coupée, aucun avion ne décollait ou n’atterrissait.
En l'absence de décollage ou d'atterrissage, l’avion du vol 400x-ICB de Cal Cargo Airlines a été dirigé vers la piste 9R-27L et un convoi lourdement gardé rejoint la piste 9R-27L et a été chargé sur l'avion grâce aux agents de LACHS.
Vers 18h00.  L’avion du Flight 400x-ICB a terminé le chargement de sa cargaison secrète, et environ une demi-heure plus tard, à 18h27, il s'est envolé de l'aéroport d'Atlanta, alors que tous les autres les vols n’ont été autorisés qu’à partir du lendemain matin 12h56, le 18 décembre.
En quittant Atlanta, le vol 400x-ICB s'est envolé vers Liège Flexport (LGG), en Belgique, après quoi il a fait un arrêt imprévu à l'aéroport international de Larnaca, à Chypre, où il " a pris en charge "  deux voitures blindées appartenant à la Banque de Cypress -qui était autrefois gérée par Wilber Ross, l'actuel Secrétaire au Commerce du président Trump.
Après avoir quitté Chypre, le vol 400x-ICB  est retourné à Tel-Aviv où il a été accueilli par un important contingent MOSSAD qui a déchargé le cargo et a transporté le contenu vers un endroit secret.
Le black-out de l'aéroport d'Atlanta était leurre pour  transporter des armes nucléaires en Israël
Donc,  résumons. 
1- Une panne d'électricité sans précédent survient à l'aéroport le plus fréquenté du monde. Malgré le fait que l'aéroport avait des générateurs de secours pour ce genre d'incident, ces derniers seraient miraculeusement tombés en panne en même temps. 
2- Quelques minutes avant la panne d'électricité, un avion cargo spécial israélien arrive d’Israël via Mexico. En raison d'un arrangement douanier spécial, il n'est pas contrôlé par les agents américains de sécurité ou de douane. 
3- Environ 5 heures plus tard, bien que tout le vol ait été interdit par le maire de la ville et par la FAA, l’avion repart vers Tel-Aviv lourdement et secrètement chargé.

Bien sûr, il est intéressant de noter que n’est pas le premier avion cargo israélien à avoir des circonstances mystérieuses qui l'entourent. En 1992, l'accident de vol El-Al Flight 1862 a fait beaucoup de bruit quand il a été révélé qu'il transportait secrètement les ingrédients pour le gaz neurotoxique sarin.  Il a été utilisé comme arme chimique, avant d'être considéré comme une arme de destruction massive par les Nations unies (résolution 687). À ce titre, sa production et sa conservation sont interdites depuis 1993. Mais Israël et les États-Unis ne se considèrent pas  soumis au droit international : ce sont deux États Voyous.

De loin, la suggestion la plus populaire est que cette panne faisait partie d'une opération visant à déplacer discrètement des ogives nucléaires à rendement variable W80 hors du pays et pour les mettre entre les mains des Israéliens.  
La panne de courant est une partie nécessaire de la ruse pour aveugler les dispositifs de détection nucléaire qui sont standard dans tous les grands aéroports.  
Ce scénario complet, qui s’apparente aux attentats sous faux drapeau, nous rappelle également  l'Incident de Bent Spear 2007 [1].
Il n’est toutefois ni intrigant ni troublant qu'aucun média grand public ne se penche sur la question de savoir pourquoi cet avion a été autorisé à quitter l'aéroport pendant « la panne ». Même s'il y a une explication parfaitement raisonnable, nous vivons maintenant dans un monde où l'on ne peut pas faire confiance aux journalistes de l'establishment pour enquêter sur une piste possible, qui démente les histoires officielles, même si celles-ci sont parfaitement abracadabrantesques. Surtout quand vous considérez les autres éléments bizarres, comme le fait qu'un exercice d'incendie étrangement similaire a dérapé il y a une dizaine de jours dans le même aéroport.
NOTES


[1] L'incident des armes nucléaires de l'US Air Force a eu lieu sur les bases militaires aériennes de Minot et Barksdale les 29 et 30 août 2007. Six missiles de croisière AGM-129 ACM, munis chacun d'une tête nucléaire W80 à rendement variable, auraient été chargés par erreur dans un bombardier lourd B-52H de l'United States Air Force (USAF) à Minot et transportés à Barksdale. Les têtes nucléaires des missiles auraient dû être retirées avant de sortir ceux-ci de leur bunker de stockage. Aucun rapport n'a signalé la disparition des ogives nucléaires, qui sont restées montées sur l'appareil, à Minot et à Barksdale, pendant une durée de 36 heures. Pendant cette période, les têtes nucléaires n'ont pas fait l'objet des mesures de sécurité obligatoires pour les armes nucléaires.
L'incident a été signalé aux plus hauts niveaux de l'armée des États-Unis et désigné par les observateurs comme « Bent Spear » (lance pliée), ce qui indique un incident d'arme nucléaire de niveau significatif, mais n'implique pas la menace immédiate d'une guerre nucléaire.





Hannibal GENSERIC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire