mardi 28 août 2012

Origines de la connivence wahhabisme-sionisme


Résultat de recherche d'images pour "caricature iran Arabie"
Vers la fin du dix huitième siècle, au summum des conquêtes coloniales, les impérialistes anglais ont créé deux forces destructrices apparemment antagonistes, le Sionisme  d’un côté, le Wahhabisme ou Salafisme de l’autre. Ils appliquent en cela la devise : "diviser pour régner". Si les sionistes sont le glaive de l’impérialisme, les islamistes en sont les supplétifs, les harkis. Le sionisme est une calamité extérieure imposée au monde arabe. Le wahhabisme, est une maladie dégénérative endogène inoculée aux Arabes afin qu'ils s'attaquent d'abord à d'autres musulmans sunnites : les Turcs, et ensuite aux autres Arabes. Rached Ghannouchi ayant déclaré que les Salafistes étaient "ses fils", il est donc le père du Salafisme en Tunisie. Inutile alors de distinguer entre Salafisme, Wahhabisme ou Islamisme : c'est la même engeance. 

jeudi 23 août 2012

ENNAHDHA : magouilles et argent sale


Les élus et membres de la troïka ne sont là que depuis huit mois et les affaires liées à l’argent ne cessent de se multiplier. 
Sous Ben Ali, on reprochait à la presse de ne pas avoir jeté la lumière sur ce type d’affaires, mais on constate là que même quand la presse en parle, le pouvoir fait ce qu’il a projeté de faire, sans se soucier de ce qu’en disent les médias, les ONG et la société civile. 
Peu importe les preuves présentées, on dément systématiquement et on trouve toujours un bouc émissaire à qui l’on colle la publication de ces informations qualifiées de mensongères et diffamatoires. Le pouvoir en place adopte la stratégie de la fuite en avant, visant un but bien déterminé. Jusqu’à quand ?

mercredi 22 août 2012

Appel d'un Professeur américain pour sauver la Syrie

Introduction 

Le plan américano-israélien de remodelage du Moyen-Orient est en cours. Après la "normalisation" de l'Irak, de la Lybie, du Soudan, du Yémen, de la Tunisie et de l'Egypte, c'est maintenant le tour de la Syrie. La normalisation consiste à installer dans tous les pays arabes, des islamistes au pouvoir.  En Syrie, l'accès des islamistes au pouvoir ayant peu de chances de réussir par les urnes, c'est, comme en Libye, par les armes que la coalition USA-OTAN-Israël veut les imposer. Elle commence par sous-traiter "le sale boulot" aux mercenaires arabes islamistes, recrutés et grassement payés (s'ils reviennent vivants) par le Qatar et la Saoudite, entraînés par la Turquie, et "contrôlés" par Israël. L'échec de cette milice islamiste étant patent à ce jour, l'Axe du Mal et ses valets arabo-islamistes se tournent donc vers des options plus musclées. Comme pour la Libye, on matraque les populations arabes et occidentales de propagande, afin de les préparer à l'inévitable guerre brutale et totale contre la Syrie. Voici les scénari concoctés.

L’administration Obama, en lien avec Londres, Paris et Tel-Aviv ainsi que le quartier général de l’OTAN à Bruxelles envisage diverses «options d’interventions» militaires contre la Syrie, y compris des opérations navales et aériennes en appui aux forces rebelles d’« opposition » sur le terrain.

dimanche 19 août 2012

Théorème du singe

"Plus le singe monte haut, plus il montre son cul" Proverbe africain

Le conditionnement mental est le processus menant le cerveau à adopter certains modèles de pensée, tendances ou état mental. Le conditionnement mental peut être d'origines diverses : les mass-média, la société, les pairs, la famille, la religion ou le système éducatif. Le conditionnement mental peut être illustré par le fameux «Théorème du singe » qui se rapporte à une expérience faite à l’Université de San Diego (USA).

jeudi 16 août 2012

Le seul dirigeant islamiste non vendu aux USA et à Israël n'est pas arabe !

mercredi, 15 août 2012

La Mecque : "Nous sommes tombés dans le piège de nos ennemis"!!

La Mecque : "Nous sommes tombés dans le piège de nos ennemis"!!(Ahmadinejad)
Dans son discours devant l'OCI (Organisation de la Conférence Islamique), le président iranien déclare ce qui suit. Tous les dirigeants islamistes arabes (Maroc, Tunisie, Libye, Egypte, Saoudie, Qatar et autres émirats croupions, Soudan, etc.) visés dans ce discours exécutent à la lettre la feuille de route que leurs tracent leurs maîtres américano-israéliens. Ils ont tous ce visage hideux de fourbes, de traîtres à leur race, à leur religion, à leur pays et à leur nation.
 "J'ai un amer constat à faire : malheureusement, nous, les Musulmans, nous sommes tombés dans le piège que nos ennemis nous ont tendus! Nous entrons de plein pied dans une guerre totale, dévastatrice et vaine, une guerre à caractère fratricide, ethnique et tribale, qui pourrait durer des dizaines d'années. Malheureusement, certains pays jouent le jeu des ennemis ! ....Ceux qui étaient arrivés au pouvoir, pour changer la politique hégémonique des Etats Unis envers notre région, ont tourné leur veste et ils veulent changer notre région, ils nous menacent de guerre......je vous renvoie à l'Afghanistan, à l'Irak, la Libye, la Syrie, à Bahrein, au Yémen ....dans ces pays,  qui tire sur qui ? ......Si nous acceptons que la justice et l'égalité sont le droit de tout un chacun, alors, nous allons accepter que nous sommes tous dans le même bateau, nos destins sont liés. Nous devons nous serrer les coudes, nous entre-aider, pour faire face à l'ennemi commun; nous devons faire front commun face à nos ennemis", a affirmé Ahmadinejad, au cours d'une allocution, devant la Conférence de l'OCI, à la Mecque. "L'OTAN rêve de s'emparer de notre région et nous, au lieu d'affronter ce danger, sur la foi de faux arguments, inventés ou imaginaires, ethniques ou tribaux, sommes devenus ennemis, sans savoir que ces hostilités gratuites offrent la meilleure occasion à nos vrais ennemis, pour nous envahir...." 






lundi 13 août 2012

Tunisie - Europe : sales magouilles et "énergie propre"

Un projet européen de 400 milliards d’euro, DESERTEC, vise à faire de l’Afrique du nord et du moyen orient, la réserve énergétique de l’Europe. Parmi les pays concernés : l’Irak, la Tunisie, le Libye, l’Egypte, la Syrie, la zone tampon entre le Koweït et l’Iran… Cet investissement correspondrait, selon un article du Figaro daté du 17 juin 2009 (1), à une dizaine de centrales nucléaires nouvelle génération. Ce projet, selon les experts de Siemens, couvrirait une surface de 300 kilomètres sur 300 kilomètres dans le Sahara, équipée de miroirs paraboliques.
Ce projet pharaonique a été mis de côté durant ces dernières années car, comme l’a expliqué Frank Asbeck, patron de Solarworld (n° 1 allemand de l’énergie solaire) : «Si l’on construit des centrales solaires dans des pays aux régimes politiques instables, on entrera dans le même système de dépendance qu’avec le pétrole». 

Note de Hannibal Genséric
On recherchera donc à stabiliser ces pays en les 'normalisant", c'est à dire en faisant des sortes de  micros émirats, des sortes de califats sur mesure pour chefs islamistes corrompus, à l'image du Qatar ou du Koweït, avec des émirs / califes drapés dans les habits islamo-intégristes et vassaux d'Israël et des Occidentaux. Nous allons voir comment le chef du gouvernement tunisien, Hamadi Jebali, mène l'affaire tambour battant. De mauvaises langues ne manqueront pas de souligner qu'il y trouverait un intérêt personnel . Au lecteur de se faire sont idée.
Parallèlement, il y a quelques mois, un organisme méconnu a fait son apparition sur les réseaux sociaux, faisant l’apologie « d’une coopération bénéfique entre la Tunisie et ses voisins de la rive Nord Méditerranée afin d’établir un courant d’échange équitable et durable dans le domaine des énergies vertes ainsi que du dessalement de l’eau de mer par le recours à l’énergie solaire ».(3)
Si, en connaissance de ce projet, on énumère certains faits :
- Hamadi Jebali, chef du gouvernement tunisien, est ingénieur spécialisé dans l’énergie solaire, et possède sa propre entreprise à Sousse.
- Le groupe britannique Nur Energie s’implante en Tunisie. Noura Laroussi Ben Lazreg, directrice générale A.N.M.E. a annoncé que Hamadi Jebali, avait décidé, après sa réunion avec les responsables du projet TuNur, la création d’une commission technique pour étudier le projet et d’autres projets similaires pour faciliter, ultérieurement, leur obtention des autorisations. Ce projet utilisera des câbles HVDC. L’un des plus grands fabricants de câbles dans le monde n’est autre que LEONI, dont la directrice des ressources humaines en Tunisie est Somaya Jebali, fille de Hamadi Jebali.
- Abdel Rahim al-Kib, président du Conseil exécutif du Conseil national de transition libyen, a fait des études aux USA dans le domaine de l’énergie, il fut par la suite expert pour l’Institut du pétrole d’Abou Dhabi, et, en 2005, fonde la « Compagnie internationale pour l’Énergie et la Technologie en Libye »
- Hicham Kandil, ministre égyptien des Ressources hydrauliques a été promu chef du gouvernement. Il est également ingénieur diplômé aux USA.
- En 2011, la fuite des câbles diplomatiques des États-Unis a révélé que Sadad al Husseini, l’ex-chef de l’Aramco, qui détient le monopole de la production de pétrole en Arabie saoudite, a averti les États-Unis que les réserves de pétrole en Arabie saoudite pourraient en fait être de 40% inférieures à celles déclarées (4). Si cela est le cas, la Russie, la Chine, l’Iran et le Venezuela (dont les réserves prouvées en pétrole atteindraient 296,50 milliards de barils ce qui le place à la première place mondiale devant l’Arabie saoudite (5)) produiraient plus de barils que le bloc américano-capitaliste.
- La Banque d’import-export des Etats-Unis a déjà signé, le 7 août, un contrat de 2 milliards de dollars avec l’Afrique du Sud pour financer un projet d’énergie verte, a indiqué son président Fred Hochberg.
- Le 24 mars 2011, le premier accord signé entre la France et la Tunisie, après le départ de Ben Ali, est un accord de partenariat sur les énergies renouvelables.
- Solarworld porte plainte  contre la Chine concernant l’énergie solaire, l’accusant de dumping.  Solarworld avait déjà émis une requête similaire aux USA, ce qui a mené la première puissance économique mondiale à imposer en mai dernier des droits de douane de 31 % sur les panneaux solaires importés de Chine. (6)
En vue de tout ceci, nous sommes en droit de nous demander si les révolutions arabes n’ont pas été orchestrées en vue d’assurer à l’occident ses réserves en énergie…en premier lieu le pétrole, puis le gaz (voir http://numidia-liberum.blogspot.com/2012/07/syrie-des-arabes-massacrent-dautres.html), et enfin "les énergies vertes" pour les siècles à venir ?

Tout cela n’est peut-être que coïncidences, mais comme l’a souligné Franklin D. Roosevelt : « En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un évènement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi. »
Sources :

Un ancien chef des services secrets français explique les dessous du « printemps arabe »

Invité de l’Association Régionale Nice Côte d’Azur de l’IHEDN, le 27 juin 2012, Alain Chouet, ancien chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE, (Direction générale de la sécurité extérieure service de renseignement extérieur de la France) reconnu bien au-delà de l’Hexagone pour son expertise du monde arabo-musulman, a livré aux auditeurs son sentiment au cours d’une conférence qui a connu un vif succès.
Les révélations ci-dessous confirment la quasi totalité de nos propres analyses parues dans ce blog. 

Nos remarques sont surlignées en vert.

vendredi 10 août 2012

Les Islamistes et la Femme


vendredi 10 août 2012                                         Article paru dans : Kapitalis

Depuis quelques temps, une profusion de vidéos circulent sur Facebook avec souvent des commentaires sur la condition de la femme en Arabie Saoudite, en Afghanistan, au Pakistan …..pays soumis au salafisme wahhabite saoudien, qui laissent dubitatif sur le sort que lui réservent les hommes, toujours au nom d’Allah nous disent-ils. Et quand on sait que Ghannouchi et ses hommes prennent l’Arabie et le Qatar pour modèles pour la Tunisie, deux pays wahhabites régis par la chariâa, on ne peut que s’inquiéter du sort qu’ils réservent aux tunisiennes.

jeudi 9 août 2012

Syrie : l'alliance israélo-islamiste confirmée par Netanyahou et Poutine

Cet article d’Israel Shamir, journaliste israélien, paru en Anglais le 01/08/2012 - traduction ci-dessous - sur le site Counterpunch, montre à quel point les sionistes de Tel-Aviv tirent les ficelles en coulisse pour placer leurs "agents islamistes" à la tête de pays « démocratisés » par les gouvernements 

occidentaux et leurs agents, les gouvernements mafieux arabes.




Israël conserve sa capacité à contrôler les rebelles « islamistes » syriens. Netanyahou n’est pas inquiet de la possible désintégration de la Syrie. Malgré l’affirmation que les Israéliens préfèrent un Assad stable et connu à d’importantes guérillas islamistes inconnues, les Israéliens préfèrent la "somalisation" de la Syrie, son démantèlement et l’élimination de son armée car cela leur permettra de s’attaquer librement à l’Iran. 

Ceci est contenu dans un document secret récemment révélé par une personne apparemment proche du ministre des affaires étrangères israélien Avigdor Lieberman. Il contient un compte rendu des conversations entre Bibi Netanyahou, Avigdor Lieberman et le président russe Vladimir Poutine lors de la récente visite de ce dernier en Israël. Les Israéliens semblent n’avoir aucun doute sur son authenticité.

Netanyahou a demandé à Poutine de faciliter le départ de Bashar al Assad. « Vous pouvez nommer son successeur et nous n’objecterons pas. Il y a une condition : le successeur doit rompre avec l’Iran. » a dit le premier ministre israélien.

Poutine a répondu : "nous n’avons pas de successeur pour Assad. En avez-vous un ? "

"Non nous n’en avons pas" a répondu Netanyahou "mais nous vous communiquerons notre préférence bientôt".

Apparemment Israël peut influencer les rebelles islamistes à tel point qu’il peut les forcer à accepter un successeur acceptable pour Tel Aviv. Cela veut dire que la chaîne de commandement des rebelles va au-delà des commandants indisciplinés sur le terrain, au-delà du Qatar et de l’Arabie Saoudite, au-delà de Paris et Washington, directement jusqu’à Israël. C’est bien connu que les rebelles recherchent l’amitié d’Israël mais personne ne pensait qu’Israël était capable de les contrôler à ce point. 

A l’évidence Netanyahou a reçu de Washington le feu vert pour faire une telle offre. Cela veut dire que les US et Israël n’objectent pas à ce que la Syrie reste dans la sphère d’influence de la Russie à condition que la Syrie  coupe ses liens avec l’Iran. Et cela montre que c’est Israël qui est derrière les actions des rebelles, car sinon un tel arrangement serait inacceptable pour les Américains. 

Cependant il est possible que l’offre de Netanyahou ait été une ruse pour découvrir les intentions de la Russie. De toute façon c’est comme cela que l’a interprété Poutine qui a répondu dans le même style : 
« Nous ne sommes pas attachés à Assad » a dit Poutine. « Avant la rébellion il rendait plus souvent visite à Paris qu’à Moscou. Nous n’avons aucun agenda secret en ce qui concerne la Syrie. J’ai demandé au Président Obama quelles étaient les intentions des US concernant la Syrie ; Pourquoi les Américains rejettent Assad ? Est-ce parce qu’il n’arrive pas à s’arranger avec Israël ? Ou à cause de ses liens avec l’Iran ? A cause de sa position sur le Liban ? Je n’ai pas reçu de réponse sérieuse. Obama dit que la raison pour laquelle il veut le départ d'Assad est la répression violente d’Assad contre le peuple syrien. J’ai répondu que la violence est due à l’ingérence du Qatar et de l’Arabie Saoudite. » 

On comprend que Poutine soit dans le brouillard : on lui a offert de conserver la Syrie dans la zone d’influence russe, pourquoi alors les US sont-ils contre le gouvernement syrien ? Peut être que les US font ce que leur commande Israël ? Et quelles sont les intentions d’Israël ? 

" Le but d’Israël c’est la Somalisation de la Syrie après la Somalisation de l’Irak " a dit Poutine; et Netanyahou n’a pas rejeté son interprétation. Ces mots durs de Poutine répondent à la question des intentions US et d’Israël. C’est la position du stratège israélien Yinon et des Neocons - Somalisation de la région. 

Les dirigeants israéliens continuent de suivre leur stratégie à court terme : déclencher une guerre civile en Syrie, chasser Assad et livrer la Syrie aux gangs armés islamistes. Ceux-ci, sunnites, auraient garanti à Israël qu'ils n'interviendront pas quand Israël attaquera l’Iran. 

Le compte rendu de la conversation Poutine / Netanyahou contient deux importantes concessions russes à Israël : Poutine a promis de rompre le contrat de fourniture de systèmes de missiles anti aériens S-300 avec Damas (et c’est ce qu’il a fait) et d’arrêter de fournir clandestinement des informations sur les missiles du Hezbollah. 

Les principales conclusions des comptes rendus révélés sont que : les dirigeants israéliens conservent leur inclinaison à vivre dangereusement. Alors que d’autres pays, notamment la Russie, recherchent la stabilité,  les Israéliens aiment jouer aux puissants. Qui ne risque rien n’a rien disent-ils. Ils sont prêts à accepter des risques à court terme pour des gains à long terme. Et l’élimination de l’armée syrienne est certainement un gain à long terme pour Israël.

lundi 6 août 2012

Génétiquement, les Maghrébins ne sont pas des Arabes



Le fantasme de la pureté identitaire est un signe d’appauvrissement intellectuel”
Sophie Bessis, historienne franco-tunisienne
 Le Fantasme
Alors que la vaste majorité des Tunisiens (98 %), et des autres Maghrébins, s'identifiet culturellement aux Arabes, des études scientifiques tendent à indiquer qu'ils seraient ethniquement plus proches des Berbères et de certains Européens, qu'ils ne le sont des Arabes. « Comparés avec d'autres communautés, notre résultat indique que les Tunisiens sont très liés aux Nord-Africains et aux Européens de l'Ouest, en particulier aux Ibériques, et que les Tunisiens, les Algériens et les Marocains sont proches des Berbères, suggérant une petite contribution génétique des Arabes qui ont peuplé la région au VIIe ou VIIIe siècle. » ( A. Hajjej, H. Kâabi, M. H. Sellami, A. Dridi, A. Jeridi, W. El Borgi, G. Cherif, A. Elgaâïed, W. Y. Almawi, K. Boukef et S. Hmida, « The contribution of HLA class I and II alleles and haplotypes to the investigation of the evolutionary history of Tunisians », Tissue Antigens, vol. 68, n°2, août 2006, pp. 153–162).

vendredi 3 août 2012

« Printemps arabe » , CIA et cyber-collabos



Depuis la découverte de l’implication américaine dans la préparation et la conduite du « printemps arabe », les journalistes d'investigation et les chercheurs parviennent progressivement à reconstituer le puzzle et à remonter les filières. Dans une analyse scientifique détaillée, le chercheur Yves-Marie Peryry apporte sa contribution très éclairante.